Entreprise

 

Transport du lait

Parmi nos nombreuses activités, il en est une plutĂ´t inattendue: le transport du lait. Elle n’est pas nouvelle puisque, dans les années 60 déjĂ , nous acheminions des boilles de crème Ă  Bâle par le rail.

A partir de la décennie suivante, la production laitière s’est orientée vers le lait frais provenant des laiteries. Et la route a pris le relais du rail pour la livraison. Les citernes en aluminium étaient fixées sur des ponts de camions.

En raison d’un problème de température affectant la qualité du lait, nous nous sommes équipés, dans les années 90, de camions spéciaux avec des citernes en acier inoxydable.

C’est Ă  cette période qu’a été introduite la collecte de lait Ă  la ferme. La manière et les moyens de transporter le lait sur les véhicules ont évolué en conformité avec les normes d’hygiène et de sécurité.

Aujourd’hui, nous collaborons avec la MIBA pour la collecte du lait «industriel» dans les Franches-Montagnes, le secteur de Tramelan et la vallée de Tavannes (jusqu'Ă  Sorvilier), le vallon de St-Imier, la région de Mont-Soleil, ainsi qu’auprès de quelques producteurs de lait bio dans les environs de La Chaux-de-Fonds.

Il est livré Ă  90% Ă  la centrale Migros ELSA Ă  Estavayer-le-Lac (FR), les 10% restants sont répartis entre divers centres industriels –Cremo Ă  Fribourg ou Lucens (VD), Emmi Ă  Dagmersellen (LU).

Un de nos camion collecte également et quotidiennement pour le groupe Emmi quelque 18’000 litres (6600 tonnes par an) de lait non-ensilé (lait de fromagerie destiné Ă  la fabrication du fromage TĂŞte de Moine) Ă  destination de la fromagerie de Saignelégier. Afin de respecter l'appellation originale, le lait utilisé pour la TĂŞte de Moine doit ĂŞtre transformé dans les 24 heures, d’oĂą l’obligation d’effectuer le transfert de nuit.

Le transport de lait en général ne tolère aucune exception et doit se dérouler par n’importe quel temps, de jour et de nuit, 365 jours par an.

Comme les conditions climatiques et topographiques régionales sont difficiles, les 7 chauffeurs qui se relaient au volant des 4 camions-remorques affectés Ă  cette tâche sont très expérimentés.

Une exigence pour effectuer, conjointement, 325'000 km par an, desservir 135 points de collecte et récolter 32'000 tonnes de lait par an.

 
Le train rouge
qui bouge !